DU 26 AU 28 JUIN 2025
ESSAOUIRA, MAROC

LA CULTURE GNAOUA FAIT SON ENTRÉE À L’UNIVERSITÉ

 
 

Au cours des 30 dernières années, la culture Gnaoua a fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Riche en histoire, en traditions et en pratiques musicales singulières, elle ne cesse d’interagir avec d’autres genres musicaux, tant au Maroc qu’au niveau international.

La culture Gnaoua prend racine en Afrique subsaharienne et est intimement liée à l’histoire de la traite des esclaves. Elle incarne également une dimension thérapeutique et est souvent associée à des pratiques de guérison par la transe.

Dans le passé, l’ethnologue Viviana Pâques, l’historien Jean-Louis Miège, le psychanalyste Abdelhafid Chlyeh et l’anthropologue Zineb Majdouli lui ont consacré plusieurs recherches. Aujourd’hui, nous assistons, de plus en plus, à un besoin de connaissance précise de cet univers musical et extra musical et à un regain d’intérêt de la part d’anthropologues, d’historiens et de doctorants. Les recherches actuelles, menées au Maroc et partout ailleurs dans le monde, contribuent sans nul doute à une meilleure connaissance des Gnaoua.

L’incorporation des Gnaoua dans la culture populaire marocaine est réelle, visible. Elle mérite, de manière complémentaire, d’être plus thématisée dans des travaux de recherche. Les Gnaoua sont une illustration directe de cet héritage immatériel qui a forgé la relation transatlantique entre l’Afrique et les Amériques ; un héritage qui se perpétue à travers des musiques essentielles telles que le Blues, le Jazz, le chant Gospel, etc.

Dans la suite logique du travail que nous avons entrepris il y a 25 ans, après le lancement du Festival en 1998, la création de l’association Yerma Gnaoua en 2009, l’édition de la première anthologie de la musique Gnaoua en 2014 et l’inscription des Gnaoua sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO en 2019, nous avons souhaité donner une autre dimension à ce travail de préservation en nous rapprochant du monde de la recherche universitaire.

À l’occasion de son 25e anniversaire, le Festival Gnaoua et Musiques du Monde va donc s’associer au Centre d’études africaines (CAS) de l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) pour créer une chaire universitaire dédiée à la culture Gnaoua, qui y sera abritée.

L’objectif principal de cette chaire est de créer un espace de recherche en vue d’approfondir les connaissances sur la culture Gnaoua, ses origines, son histoire et ses évolutions.

Dirigé par le professeur Ali Benmakhlouf, le Centre d’études africaines (CAS) de l’UM6P est un centre d’enseignement et de recherches. Il est consacré aux études relatives au continent africain et orienté vers 3 actions : promouvoir les études effectuées sur le continent ; documenter celles qui sont produites ailleurs et qui se rapportent à l’Afrique ; et instruire les études qui permettent de voir le monde à partir de l’Afrique (Site web : https://cas.um6p.ma).

La création de cette première chaire universitaire dédiée à la culture Gnaoua se fera en plusieurs étapes dans les prochaines années.

La première étape étant l’organisation de deux tables rondes, le samedi 29 juin à Essaouira, pendant le Festival. Ces tables rondes, organisées sous la direction de Ali Benmakhlouf, auront la particularité de réunir des universitaires renommés avec des jeunes étudiants-chercheurs.

Aux côtés de Marouane Jaouat, Postdoctorant à l’Institut des études avancées (UM6P) et Omar Fertat, Maître de conférences à l’Université de Bordeaux-Montaigne (où il enseigne les Arts arabo-musulmans au département des Études arabes et les Arts spectaculaires arabes au département des Arts du spectacle), nous retrouverons donc les étudiants issus du centre Mahir de l’UM6P.

La première table ronde aura pour sujet « La culture Gnaoua entre oralité et ritualité », tandis que la seconde portera sur « Les métamorphoses de la culture Gnaoua ».

PROGRAMME :

SAMEDI 29 JUIN 2024 – Hôtel Atlas Essaouira Riad Resort – « Salle La Caravelle » 

table ronde 1

La culture Gnaoua entre oralité et ritualité

16h00 – 17h00

Les participants de centre Mahir de l’UM6P interrogeront l’oralité de la tradition Gnaoua ainsi que la symbolique des rituels. Ils présenteront un glossaire de Gnaoua “The glossary of The Lila Gnawiya” qui soulèvera l’enjeu de l’appropriation savante de cette tradition multiséculaire. Ils feront ensuite écouter le guembri via un documentaire qu’ils ont réalisé, en le faisant résonner avec d’autres aspects de la culture africaine.

table ronde 2

Les métamorphoses de la culture Gnaoua

17h00 – 18h00

Le regard jeté sur le passé à partir du présent permet de mesurer les évolutions et les transformations auxquelles la culture Gnaoua ne cesse de donner lieu. Quelles sont les manifestations de telles transformations ? Les mises en scène des Gnaoua, notamment, seront analysées quant à leur théâtralité. L’accueil d’autres formes musicales comme le Jazz constitue une hybridation qui sera interrogée. Un extrait de documentaire sera présenté en ce sens.

Participants :

Omar Fertat (Université de Bordeaux-Montaigne) et Yasmine Daif, Loubna Benhaddou, Ghita Berrada, Meriem Alami-Kasry et Ali Benmakhlouf de l’UM6P